Tribunes

Football

Le foot perd sa seule fenêtre gratuite

mardi 28 juillet 2020
Publié le 
Etienne Moatti
Auteur : 
Le foot perd sa seule fenêtre gratuite

Soucieux de « ne pas donner le sentiment d’être nostalgique », Frédéric Thiriez a un peu hésité lorsqu’on lui a proposé de défendre, une dernière fois, la Coupe de la Ligue. Mais l’ex-patron de la LFP, avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, n’a finalement pas résisté à livrer une plaidoirie argumentée pour déplorer l’abandon d’une compétition qui lui colle à la peau. Même si, en dépit de certaines croyances, il n’en est pas le créateur. « Contrairement à une idée répandue, je ne suis en effet pas le père de la Coupe de la Ligue, rappelle-t-il. Le père, sans jeu de mots, c’est Noël ! Noël Le Graët, mon prédécesseur à la Ligue, l’a créée en 1994 sur le modèle de la League Cup anglaise. Et il a eu bien raison. Je n’avais plus qu’à l’installer dans notre paysage footballistique, à la développer, la faire prospérer et lui assurer la notoriété et le rayonnement qu’elle a acquis depuis, avec 500.000 spectateurs dans les stades chaque année, 50 millions de téléspectateurs cumulés chaque saison, une finale à grand spectacle au Stade de France devant 80.000 supporteurs, un rêve pour les joueurs et les entraîneurs des clubs professionnels, de L1 comme de L2. »


Mais si Thiriez l’a défendue « bec et ongles pendant quatorze ans », c’est « pour une raison plus fondamentale encore. Tout le monde ne peut pas se payer un abonnement aux chaînes payantes. La Coupe de la Ligue, diffusée par France Télévisions, c’est la seule fenêtre gratuite sur le football professionnel. Je me suis battu pour cela, avec le soutien du conseil d’administration. Ça n’a pas toujours été facile. Ainsi par exemple, en 2012, nous avons préféré maintenir notre partenariat avec les chaînes du service public, alors que Canal+ nous proposait une somme supérieure, mais pour une diffusion en crypté. » Thiriez n’est pas peu fier de rappeler, au passage, les « innovations » dont il est à l’origine. « J’ai voulu aussi que cette Coupe soit une sorte de laboratoire pour tester des nouveautés qui pourraient ensuite faire progresser le football dans son ensemble : possibilité pour le téléspectateur d’entendre en direct le micro de l’arbitre, afin d’améliorer la compréhension des décisions et le respect des directeurs de jeu ; suppression des prolongations, sauf pour la finale, afin de diminuer la fatigue des joueurs ; organisation au Stade de France d’une grande fête autour de la finale, avec concert, animations, pom-pom girls, feu d’artifice, un peu sur le modèle de ce que faisait, dans le rugby, Max Guazzini. Un jour, ce dernier a même eu la gentillesse de me dire, au soir d’une finale, que j’avais fait plus fort que lui. »


Aujourd’hui, celui dont le nom a circulé pour devenir ministre de la Justice avant la nomination de son confrère Eric Dupond-Moretti ne comprend pas l’empressement à la faire disparaître « Fin 2019, les clubs ont décidé, à la majorité, de supprimer la Coupe de la Ligue. C’est leur choix, que je respecte évidemment. C’est à eux de décider, comme je le leur rappelais régulièrement lorsque cette compétition était critiquée. Aujourd’hui, je dis seulement que c’est dommage pour le public qui, rappelons-le, est notre raison d’être.


L’Angleterre est souvent notre modèle en matière de football. Ce pays fait vivre deux coupes nationales, avec une première division à 20 clubs. En serions-nous incapables ? On doit arrêter, faute de diffuseur ? Ayons l’honnêteté de préciser « faute de diffuseur au prix que nous souhaitions ». Il était effectivement impossible de maintenir le niveau de l’ancien contrat (24 millions d’euros), alors que France Télé entrait dans une ère d’austérité et que Canal +, sortie du championnat par Mediapro, boudait la LFP. Mais ne pouvait-on aborder les choses différemment, sachant que les droits TV du championnat venaient de dépasser le milliard d’euros ? Dans cet océan, que pèsent 10 ou 15 millions de baisse sur la Coupe de la Ligue, à comparer avec une belle exposition en clair sur les chaînes publiques ? Cet arbitrage a-t-il été bien pesé ? Il faut alléger le calendrier ? Mais chacun sait que ce ne sont pas les coupes qui pèsent sur le calendrier. La suppression de la coupe de la Ligue, qui se joue en semaine, ne fera gagner aucun week-end au championnat. Quitte à revenir sur des sujets qui fâchent, la seule réforme de nature à améliorer le calendrier eut été la réduction de l’élite à 18… Mais les clubs n’en veulent pas. Je le sais, j’ai essayé… Restituer un ticket européen au cinquième du championnat ? Les futurs cinquièmes s’en réjouiront, mais je ne crois pas que l’on puisse dire que les clubs qui ont remporté la Coupe de la Ligue depuis 25 ans aient volé leur place en Ligue Europa. Le 31 juillet au stade de France, ce sera, malheureusement, la « dernière séance ». La finale proposera encore une fois une affiche somptueuse avec Paris et Lyon.


J’aurai la chance d’y assister. »