top of page

La chronique littéraire de Frédéric Thiriez : "Un animal sauvage" de Joël Dicker

Parue sur le site Le nouvel Économiste


Best-seller annoncé

Le braqueur n’est pas forcément celui qu’on croit








 















 

L’écrivain suisse aux douze millions de livres vendus nous livre un septième roman à suspense avec pour fil rouge le déroulement d’un braquage dans une bijouterie genevoise. L’action se déroule en trois lieux : la bijouterie, dans le centre de Genève ; la ‘Maison de verre’, une demeure d’architecte avec jardin et piscine, propriété du “couple idéal”, Arphad, banquier, et Sophie, avocate ; ‘la Verrue, un lotissement modeste situé non loin où habitent Greg, policier, et son épouse Karine.

 

Mais les apparences peuvent être trompeuses. Arphad le banquier modèle fait semblant d’aller au bureau tous les matins, alors qu’il s’est fait licencier il y a six mois. Greg, le policier exemplaire, est obsédé par le physique de Sophie qu’il espionne tous les matins à la jumelle dans sa maison de verre. Sophie reçoit de grosses sommes d’argent de son père, qu’Arphad se charge de blanchir, et un personnage mystérieux rôde autour d’eux dans sa Peugeot grise…

 

Comme une bonne série télévisée

L’auteur joue avec son lecteur, comme il joue avec le temps : le temps réel, celui du braquage, limité à 7 minutes, est interrompu par de nombreux flash-back, tantôt récents (20 jours avant le braquage… 19 jours avant le braquage) en forme de compte à rebours, tantôt beaucoup plus anciens (16 ans plus tôt, 15 ans plus tôt), qui permettent de comprendre l’historique des personnages. La construction du livre fait penser à celle d’une bonne série télévisée.

  

L’intérêt principal du roman, à dire vrai, réside moins dans le cœur du hold-up que dans le secret de ses personnages, leur itinéraire, leurs interactions, leurs contradictions, leurs rêves, que le lecteur découvre en tournant fébrilement les pages, jusqu’au dénouement de l’action qui réserve quelques belles surprises. Mais qui est vraiment Sophie, l’avocate brillante, l’épouse parfaite, avec son tatouage de panthère sur la cuisse ?

 

Joël Dicker, qui n’a pas quarante ans, a publié son premier roman en 2010. Le deuxième, '‘La vérité sur l’affaire Harry Quebert’, a connu un succès considérable et a été adapté en série télévisée pour TF1. ‘Un animal sauvage’ connaît un début fulgurant en librairie.

 

 

9 vues0 commentaire

Comments


bottom of page