top of page

La chronique littéraire de Frédéric Thiriez : "Dès que sa bouche fut pleine" de Juliette Oury.

Dernière mise à jour : 22 déc. 2023

Parue dans Le Nouvel Économiste


Tabou Un nouvel ordre moral qui impose le sexe et interdit la cuisine




En toute subjectivité, par Frédéric Thiriez


Dès que sa bouche fut pleine, de Juliette Oury,

Flammarion 2023






Au départ, une trouvaille aussi saugrenue qu’hilarante. Dans le nouvel ordre moral voulu par les autorités, les plaisirs sont régis par des règles innovantes : la cuisine, mauvaise pour la santé, est un plaisir honteux auquel on ne peut s’adonner qu’en secret ; le sexe, en revanche, excellent pour le métabolisme, est vivement encouragé, que ce soit en couple ou à plusieurs, matin et soir. La profession de cuisinier est interdite par la “loi sur le proxénétisme culinaire” : l’arrestation spectaculaire par la “brigade des mets” de “Madame Reine Claude” qui dirige un atelier de cuisine clandestin, ouvre d’ailleurs le roman. Les autorités pourvoient aux besoins nutritionnels de la population par la livraison hebdomadaire de 48 “barres sustensives anaromatiques” par foyer. Les restaurants ont été fermés et remplacés par des lieux équipés de “banquettes” accueillant les ébats sexuels des clients. On ne va plus “dîner chez des amis”, ma

is “baiser chez des amis”.


Laetitia, notre héroïne, vit sagement en couple avec Bertrand, un homme discipliné d’un ennui mortel dont elle veut croire qu’elle est amoureuse. N’étant pas du matin, elle n’aime pas trop les “rapports matiniers” que son compagnon lui impose conformément aux directives des autorités, mais s’y plie de bonne grâce. En vérité, elle ressent au fond de son ventre un manque,un creux : le désir, plus exactement l’appétit… Elle n’a pas oublié la sensation délicieuse qu’elle avait éprouvée, enfant, en dégustant avec ses camarades des mûres cueillies secrètement à la campagne. Le roman raconte avec beaucoup d’humour et non sans truculence comment Laetitia va peu à peu s’affranchir des contraintes sociales et de la tutelle de son compagnon pour satisfaire son désir.


Un premier roman à déguster sans modération !



16 vues0 commentaire

Comments


bottom of page