top of page

La chronique littéraire de Frédéric Thiriez : "Panorama", de Lilia Hassaine

Dernière mise à jour : 17 nov. 2023

Parue dans Le Nouvel Économiste


Dystopie 'Panorama', de Lilia Hassaine Quand l’ère de la transparence vire au cauchemar




En toute subjectivité, par Frédéric Thiriez Panorama, de Lilia Hassaine, Éditions Gallimard, 2023















Voici un roman policier qui marquera, davantage d’ailleurs par son cadre orwellien que par son intrigue assez classique. L’histoire se passe en 2049,sous l’ère de la Transparence… Vingt ans auparavant, en 2029 – autant dire demain –, les Français s’étaient violemment révoltés contre le laxisme de la justice. Pendant une semaine de terreur, la “Revenge Wee'”, les victimes de crimes impunis s’en étaient prises à leur bourreau, filmant l’agonie de ceux-ci, diffusée sur les réseaux sociaux et likée par des centaines de milliers d’anonymes. Les institutions politiques s’effondraient et une nouvelle constitution transférait tous les pouvoirs, législatif comme judiciaire, au peuple directement. Sous “l’ère de la Transparence” qui a suivi, les maisons sont construites en verre. Tout est visible de l’extérieur, jusqu’aux chambres et salles de bains, afin que nul n’ait de secret pour personne. Des “patrouilles de voisinage” veillent à la sécurité et des “conseils de quartier” jugent les délinquants en 48 heures et sans avocat. En consultant le site transparence.fr, on peut tout savoir à tout instant sur tout le monde. Les citoyens ont renoncé à leur liberté et à leur vie privée en échange de la sécurité et, de fait, la criminalité a disparu.


Survient alors l’impensable: le 17 novembre 2049 est constatée la disparition d’un couple et de leur fils. L’enquête est confiée à Hélène, une ancienne policière (on dit aujourd’hui gardienne de protection), femme attachante, perturbée par une vie amoureuse compliquée. Elle se jette à corps perdu dans l’enquête avec son coéquipier Nico, malgré l’absence d’indices, malgré la pression de son supérieur, une sorte de shérif élu, pressé de clore le dossier pour rassurer l’opinion (“pas de corps, pas d’affaire”).


“Les citoyens ont renoncé à leur liberté et à leur vie privée en échange de la sécurité et, de fait, la criminalité a disparu”


Patatras ! Sept mois plus tard, les corps du mari et de la femme sont retrouvés enterrés dans un jardin ’enfants. Mais pas de trace du fils. L’affaire rebondit et il s’agit désormais, non seulement d’identifier le meurtrier, mais de retrouver le petit Milo. Hélène et Nico s’y emploieront de plus belle, dans une atmosphère de mensonges, de haine et de vengeance.


Panorama, ou quand la transparence devient un cauchemar… Hélène le dit elle-même : “Et si nous étions parfaitement transparents, tellement transparents qu’on en mourrait ?”.



Comments


bottom of page